TI BONHOMME

TI BONHOMME

 

Et ti bonhomme repartit sur le chemin de ses yeux.

 

L’avait tant faim qu’il en était tout frissonneux.

 

Ti bonhomme, comme toujours, rêvait à ti fille. Mais cette fois ci,

 

il avait jeté jusqu’à son souvient de ses rêves. Savait tant et tant ti

 

bonhomme….. Mais là, l’y ne voulait qu’être étang, et puis

 

prés, colline et forêt où ti fille pourrait s’inventer.

 

Et pis….

 

L’irait boire dans la ruiselle à s’en mouiller les yeux et pis li ferait

 

grand feu de dentelles, grand feu pour elle avec tous les bois 

 

chagrineux.

 

Sûr que tous les deux, l’iront moins peur, l’iront, beaucoup plus

 

fleurs car entre ti bonhomme et ti fille, li aura comme senteur de

 

bonheur.

 

 

 

 

Michel Astégiano