Vœux 2018

 

Pour enterrer feue l’ancienne année

Et dans la foulée fêter la nouvelle arrivée

Je me suis enquis d’aller chercher

Quelques coquillages bien  nacrés.

La température était fort clémente

Que je l’en trouvais bien intelligente

D’y être même dans la boutique de l’écailler.

Ceci ci dit vous savez comme je suis

Bien sûr pffff je ne pus m’empêcher

D’y glisser en habitude une encore facétie

Pour  faire ainsi une fois de plus le pitre.

En quantité je choisis donc : dix huit huitres

À ce stade de l’histoire ainsi  narrée

De vous et de le dire à haute voix

Est une chose des plus obligatoires

Car c’est sensé dans mes pensées

Là de vous faire avoir une élocution qui s’y noie

L’idée étant de vous faire  un peu sourire.

Mais du côté des étalages d’ostreidaes

Il y en avait à foison et en  copieuses marées

Cela n’allait pas être simple de choisir.

J’écartais  donc très vite et illico les belons

Qui allaient me coûter bien trop de ronds.

Pour me presser dans ma commande

Le préposé pro me  proposa de la Normande

Ou de la Marennes grandie du côté d’ Oléron .

Mais il était plus que  grand temps

de céder à la dictature des urgents

Car il commençait à se faire très tard

Je choisis donc celles de l’étang de Thau  

Espérant que cela comble mon retard

par le biais d'un bien venu aussitôt

Côté vin c’était du déjà tout décidé

J’avais opté pour un blanc élaboré à Sancerre

Qui ne s’use  lui que lorsque l’on s’en serre

Mais qui trop en abuse toute sa raison en  perd.

Moi âgé un peu déglingué et des plus  rafistolé

 Là en fin de narration vous pouvez remarquer

Qu’il me reste quelques neurones dans le citron

Qui iront très bien pour en  heureusement accompagner

De ces coquillages la si  savoureuse et délicieuse dégustation.

Tout ça pour vous dire et en plus vous souhaiter

Une santé bonne et  ainsi qu’une joyeuse année

Celle-ci devrait être en principe  du genre normal

Du moins pas débile en  bissextile si tout va bien

Est-ce que de ça  cela vous remontera le moral ?

Je n’en sais fichtrement et terriblement strictement rien.

Pour conclure vous pouvez au pas sage remarquer

Combien je me suis trituré mon tout petiot caberlot

 Pour vous pondre brillamant cette poésie en vers mots

Dans l’esprit des plus anciens de l’almanach dit Vermot

Et ainsi  faire qu’en  cette année nourrisson à peine née

Vous soyez d’humeur gaie et ayez des  levés du bon pied

Et vous souhaiter en félicité une encore et  réitérée Bonne Année !