Le journal

 

Le journal

 

 

 

 

Il était onze heures. Dans l'express qui la ramenait d'Italie, Marie Claire profitait d'avoir une minute à elle pour mettre à jour son journal. Elle avait décidé de faire le point.

Par la fenêtre l'aurore pointait par-dessus la montagne.

Certes, elle n'allait pas se faire hara-kiri parce que lors de ce gala elle s'était fait plaquer par ce Playboy de seconde classe, et si elle avait mis les voiles le cœur gros, en femme d'aujourd'hui, elle s'était donnée comme chalenge d'être à midi libre. Au diable les échos de cet évènement du jeudi où son figaro gominé l'avait rejetée en lui rendant la croix qu'elle lui avait offerte. Nous deux, c'était fini.

 Elle préférait d'avantage se souvenir de ce dernier sourire que lui avait adressé le chasseur français  de l'hôtel. L'humanité est grande, se disait-elle, à moi la vie française !

 Elle pensait à son amie, Marianne la marseillaise et son amant le parisien, libéré enfin de sa femme actuelle ; pensait  qu'ils allaient enfin pouvoir vivre ensemble, et qu'il était temps car ils seraient bientôt  parents d'une petite Marie- France, fruit de leur union. A t'elle reçu le télégramme ? Elle se souvient de la vie d'alors lorsqu'elles parcouraient le monde comme g.o. au club ; l'équipe qu'elles faisaient...C'était leur première libération du cocon parental.

Les échos du train la ramenèrent à sa vie actuelle. Voici que maintenant la Provence défilait sous ses yeux.

Que choisir ? Entreprendre des études de psychologie? C'est en vogue et ça m'intéresse, se disait-elle. Reprendre la chasse à l'emploi ? Lire les petites annonces ? Il n'y avait pas photo, elle se devait de rebondir si elle ne voulait pas se retrouver à la rue.

Voilà qu'elle était à un tournant de sa vie. Ses yeux  revinrent à son journal.

La page était blanche, comme ces jours à venir où tout restait à vivre.

 

 

 

 

                                                                                        Michel Astégiano