BIC

BIC

Ça vaut quoi ? 3 francs 6 sous un stylo.
Une feuille, un stylo et je peux écrire n'importe quoi.
Une liste de commissions : une botte de poireaux, trois côtelettes.
Un roman : Georges en se levant ne savait pas ce que la journée allait lui réserver.
Une épitaphe : incinéré, il mourut comme il a vécu : en fumée.
Un chèque : à l'ordre de moi-même et écrire avec délice un million de dollars.
Ecrire cent fois : quand on est si mauvais en orthographe on s'abstient.
Une lettre de rupture : par la présente, je suis dans le regret de t'annoncer la fin de notre collaboration maritale.
Un poème :
Pour le parfum de ta bouche
Au détour d'un baiser sucré
Sois encore farouche
Sauvage et secrète mon aimée
Il convient de préserver le mystère
Où nos cœurs s'en sont allés.
Une lettre anonyme : Mr Pinchu chaque soir, après le film, laisse sur la voie publique les excréments de son chien.
Enfoncer la pointe du stylo dans le papier et écrire, je crie en braille.
M'envoyer des cartes postales, cruciverber.
Je peux écrire : je suis complètement analphabète.
Remplir un post-it : je t'aime mon amour, n'oublie pas de prendre du pain.
Je peux écrire des gros MOTS.
Un stylo, pas si simple...Comment font-ils pour mettre l'encre dans un aussi petit tube sans en foutre partout ? Et la bille ? Ronde, moins d'un millimètre de diamètre, plus lisse que le crâne d'un chauve. Une machine, je voudrais bien voir la gueule de la machine qui arrive à faire ça, d'autant plus qu'il n'y a sans doute rien à voir. Cela doit avaler du métal d'un coté et recracher de l'autre ces minuscules billes, et après, il faut les sertir au bout du stylo, il parait que les fourmis arrivent à traire des pucerons, peu probable qu'ils aient embauché des fourmis pour faire ça.
Un Bic, ça été inventé vers 1945, pas vraiment de la high-tech...
Un stylo....
Giscard.... Buffet et Bontemps : je les gracie ou pas ?
Stylo aboutissement de la pensée d'un droit de vie ou de mort...
Vertigineux !....

Michel Astégiano