A LA MANIERE DE

A la manière de

 


Des angelots blonds                                             Les sanglots longs

De leur flèche économe                                        Des violons de l'automne

Ont percé mon coeur                                            Blessent mon cœur

D'une rancoeur énorme                                        D'une langueur Monotone

 

Je ne trouvais pas du tout ça risible          comme je descendait des fleuves impassibles

D'être ainsi pris par le malheur                 Je ne me sentis plus guidé par les haleurs     

Des mots rouges et rares étaient ma bible  Des peaux- rouges criards les avaient pris

                                                                 pour cibles,

Ils me nouaient aux anneaux du malheur.   Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

 

J'étais au fond du trou et n'en était pas fier       C'est un trou de verdure où chante  

                                                                         une rivière,

Pliant sous le poids de l'amère déception              Accrochant follement aux herbes

                                                                        des haillons

Urgence où l'éveil a des relents de pierre              D'argent; où le soleil, de la montagne

                                                                        fière,

Fuir quand rien ne va et repousser les haillons    Luit: c'est un petit val qui mousse de

                                                                         rayons.   

 

Avec le poids des mots roule ma peine                 Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Et les toujours                                                    Et nos amours

Alors que l'heure vienne                                      Faut-il qu'il m'en souvienne

Ne plus être roi et survivre quand même.            La joie venait toujours après la peine.

Chienne de vie où je meurs                                Vienne la nuit sonne l'heure   

Loin du bruit et de la rumeur.                             Les jours s'en vont je demeure.

 

 

 

 

                                                                                                   Michel Astégiano