Pèlerin de la Terre

 

 

Moi, embryon dans l’espace

Attendant de naître avec une autre face

Obscurité aussi loin que mes yeux peuvent se rendre

Silence, aussi loin que mes oreilles peuvent entendre

Souvenir de moi-même.

Rayonnant, transparent

Dans le ciel, une étincelle de vie

Me réveille, m’attire

Depuis les entrailles de la vie

Une fois de plus je resurgis

 

Viens, mon rêve t’accueille ici.

 

Le rêve de la vie est parfois aussi fragile

Que profondément saisissant, un voyage temporel ombragé

Par le tic tac d’une horloge jusqu’à ce que nous

Retournions une fois de plus jusqu’au vrai rêve

Notre conscience de la naissance et de la mort est limitée

Car nos pensées ne peuvent éprouver ni l’une ni l’autre directement.

La vie commence et finit au même endroit,

Et tout ce qui existe entre temps n’est qu’un espace pour évoluer.

 

Origine est la naissance de la conscience.

Pure est l’innocence de la pensée.

Cérémonia est la célébration de la vie.

Momento est le reflet du temps.

Alma est l’unification des ondes.

Passage est la transition dans l’espace.

Rêve est l’immersion dans sa profondeur.

Et horizon est la reconnaissance de la vérité.

 

 Voilà la journée d’un pèlerin de la Terre.