Dehors sous le soleil

DEHORS SOUS  CE SOLEIL

 

Demain a un soleil qui fait mentir l’hiver :

c’est encore une nuit femelle qui s’éteint,

où des rêveries nues racontaient comme hier

de sages souffrances, à en faire un destin.

 

 Parce que c’est une femme qui était jour d’avant,

et moi d’elle affamé, une vie a pris fin.

Alors sans faire chemin, je m’en vais amourant,

ma jeunesse en musée, à n’y comprendre rien.

 

Que la douce douleur me rappelle en son sein

l’oubli tant recherché dans tant de faux péchés.

Ne pouvoir qu’espérer, dans quelques lendemains,

Faire taire la redevance d’un souvenir caché.

 

Dans le silence des mots, l’attente se fait Je,

et mon âme animée, un homme qui te sera.

Tu reviendras une fois, peut-être en robe bleue.

Je sais que c’est lundi, et l’autre écoutera.

 

YODA