Georges Seurat

 

  Georges Seurat

 

Jamais on ne saura

Ce qu’il a mis derrière ces petits points là

Qu’il a si habilement disposés

Des chevelures brunes rousses ou blondes

Tant les tendresses y à foison abondent

Quelques pointes de seins dressés

Sous des caresses tremblantes et données ?

3892be0b4813f09a0eb4837733257c14

Jamais on ne saura

Derrière et caché  là sous ces petits points

Les personnages que tu as  peints

Ont le regard perdu vers des lointains

Vers où vont leurs rêveuses pensées

Vers leurs anciens hier ou prochains demain

Au bistro 1 beraud jean

 Jamais on ne saura

Georges qu’as-tu voulu nous dire là

Toi  avec tes couleurs en gouttes de rosée

Nous la seule chose que l’on sait

C’est que tes peintures à regarder

Nous font infiniment du bien

Avec les immobilités de tes pointillés

Seurat grand jatte

 

Jamais on ne saura

Mais on sait que tu as bien fait d’éviter

De faire des portraits genre Marlène Jobert

Car là pour toi on aurait bien peur

Que cela te fut un insurmontable labeur

T’aurais fait comment pour représenter

Ses jolies petites taches de rousseur ?   

Marlene jobert