DANS LE PAYS DES SOURIRES COMPTÉS

DANS LE PAYS DES SOURIRES COMPTÉS

 

Dans le pays des sourires comptés

Les petites filles en blanc

Glissent inlassablement

Fuyant ainsi les pantins gris 


Et même si le pays est  rude

Il leur suffit pourtant

D’un mouvement de tête

Pour que renaisse la fête

 

Endimanchées d’enfance

Elles avancent sans bruit

Et repoussent d’un sourire

La trop muette habitude

 

Elles poussent devant elles

Le  cerceau de leur imaginaire

Et d’un regard qui pétille

S’imaginent des ailes

 

Dans le pays des sourires comptés

Les petites filles en blanc

Qui vont de part les rues

M’allègent les années

 

 

Je vous regarde aller

Quelque part quelque peu

Et avec délice je succombe

A cette douce  et tendre envie

De vous fredonner des fleurs

 

 

Assis sur le banc de la routine

Jambes raides et allongées

Des badauds vacants

M’ont pris en flagrant délit

De m’abreuver tel un vampire

 

Du  bonheur de les voir passer