CHA-CHA-CHA

 

CHA-CHA-CHA

 

Charles Michalon, responsable de l'entretien de Bichat, pensant que charité bien ordonnée commençait par soi, dénicha et  acheta à Chatou une demeure où il  résidait avec Natacha sa nonchalante et tendre épouse. Ce n'était certes pas un château avec son faux air de chalet, mais la demeure ne manquait pas de charme avec ses deux châtaigniers aux couleurs chatoyantes, marquant l'entrée. Physiquement, sous le grand chapeau qui cachait ses cheveux châtain, et qu'il ne quittait  que rarement ; un peu décharné, il avait tout de l'échalas mais cela ne le chagrinait guère. Il n'était pas du genre prêchi-prêcha et seule la bonne chère lui était chère. 

Comme chaque dimanche, il fit quelques achats : charcuteries et chapon, quelques grappes de chasselas, chaource et crottins de Chavignol, sans oublier la bouteille de Chablis et la charlotte aux fraises qui couronnerait le repas, bref de quoi faire un festin, il se rabâcha cette idée, s'en pourlécha ; cette pensée l'allécha tant qu'il  se dépêcha, oubliant son cœur battant la chamade, et accéléra sa démarche d'échassier pour regagner ses pénates avant les chaleurs. C'était sans compter sur les facéties du destin...

Lorsqu'il déboucha dans l'allée, d'entre les chardons qui bordaient le chemin, surgit un chat couleur charbon, il trébucha, pencha, chavira et s'embrocha sur un piquet qui trainait là.

 De la charmille qui ombrait l'allée, une feuille se détacha et un chat-huant cria.

 Son allergie pour les chats avait eu raison de lui, car il n'en réchappa pas....

 

 

Michel ASTEGIANO    

 

pour sourire

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau